RADIO LUMIERE : plus de 88000 AUDITEURS !

Moteur...Action ! 

 

On a beau s'y préparer chaque année, se dire que c'est une vieille rengaine (nous sommes la radio officielle du festival Lumière depuis maintenant 7 ans)...cette semaine lyonnaise reste une énorme claque, une bise qui vous soulève de terre vers la lumière du cinéma et vous laisse retomber le cul par terre, encore sonné, comme si on venait de recevoir une baffe de la grande Catherine Deneuve en plein tournage !

 

Pour cette nouvelle édition du Festival, l'Agence Moustic avait complètement revu l'organisation de la radio, son mode de diffusion (Deezer, Festival-lumiere.org et Lyon Première, 90.2) et en intégrant de nouvelles têtes.

 

A commencer par le nouveau chroniqueur, Philippe Rouyer (Le Cercle sur CANAL+, Mauvais Genre sur France Culture, POSITIF, Psychologies Mag) en lieu et place du regretté Jean-Jacques BERNARD.

Et puis Cassandra Conti à la production des émissions, en faisant le lien avec les invités VIP du soir via Clément et Fred de l'Agence ATG. Un grand merci à eux, car ils ont pu nous avoir Mister Quentin Tarantino pendant 45 min, rien que pour nous et pour les chanceux lyonnais qui se sont rués par le studio dès l'annonce sur Twitter.

Thibault Renouard, Thierry Imberti et Alexis Molina-Mounier se relayent à la réalisation.

 

Les grands rendez-vous de l’antenne…

Cette année a été l'occasion de tester un nouveau duo 100% féminin pour accompagner les auditeurs dans leur programme de la journée : Mary-Noëlle Dana et Virginie Apiou (Institut Lumière). Gros succès d'audience et d'antenne, avec la complémentarité parfaite entre les envolées lyriques de l’incandescente « Mano » et la voix douce de la « zen » Virginie, nous racontant comme personne les petits histoires qui font les grands films.

 

Entre 12h et 12H30, la très pop « L’appétit vient en parlant ». Emission animé par « the Dude » Yves Bongarçon en direct du Café des Négociants, avec des invités qui font le lien entre le cinéma d’hier et d’aujourd’hui.

Pour les entretiens, on confie la tâche aux Experts : Intérieur Jour avec Michel Ciment  (l’un des fondateurs de POSITIF), qui reçoit un invité tous les jours de 13h à 13h15 pendant que Philippe Rouyer se délecte d’un Inside Lumière avec Park Chan Wook, Bertrand Tavernier, Gaspar Noé, Nicolas Windin Refn ou Emmanuelle Bercot.

 

Enfin, on termine la journée avec « La Grande Emission » que j’ai le plaisir d’animer, avec la Team : Philippe Rouyer, Antoine Sire, Yves Bongarçon, Mary-Noëlle Dana (devenue traductrice officielle de Tarantino !) ainsi que 2 jeunes journalistes de l’ISCPA, Félix et Hugo.

 

 

Puis les lives s’enchaînent. 2 heures endiablées, où les invités défilent… « Pour Alice Belaïdi et Abd Al Malik , vous n’avez que 10 minutes »…la frustration se mêle à l’excitation, voire au stress total au moment d’accueillir l’Ogre Tarantino à notre table.

Je retiens tant de choses qu’il est difficile de les résumer dans un post :

Les histoires de Jean-Loup Dabadie, le regard sur les femmes d’Emmanuelle Bercot, le sourire d’Olivia Bonamy, le débit mitraillette de Virginie Efira (tant de beauté et d’intelligence dans un seul corps !), l’émotion du couple Noor Azizi & Marina Golbahari – stars en Afghanistan, en fuite depuis des années et demandeurs d’asile en France), le très stone Cyril Roy, acteur éphémère d’Enter the Void (Gaspar Noé) complètement refait au whisky et au chanvre indien, le réveil de Clothilde Courau, d’habitude en représentation. Là, elle était vraie. La générosité de Tarantino quand il parle de sa cinéphilie (Il m’a gratifié d’un « Good Job ! » à la fin. On prend, on prend…

L’œil de loup du génial Walter Hill (48 heures, c’est lui !  Driver et les Les Guerriers de la Nuit aussi…). L'exquise Rebecca Zlotowski qui évoque la sortie de son prochain film Planétarium, où l'on croise le réalisateur Pierre Salvadori devant la caméra, aux côtés de Nathalie Portman et Lilly Rose-Depp. Le charisme de fauve de Vincent Lindon, la beauté d’esprit de la grande Catherine Deneuve, qui dédie son Prix Lumière « à tous les agriculteurs de France ». Humilité et engagement !

La gouaille de Clovis Cornillac, la fausse candeur de Vincent Pérez…et tant d’autres.

Mes deux chouchous de la semaine resteront définitivement Sam Riley et Alexandra Maria Lara. Tellement de classe, de spontanéité, de simplicité dans leurs regards complices. Leur appréhension au micro et leur joies après l’interview.

Et puis Lumière, c’est aussi l’engagement total. Physique et moral ! Il ne s’agirait pas de passer pour un con, quand on cause cinéma !

Du coup, j’ai bossé mes dossiers. Un engagement que j’ai poussé jusqu’au bout, en sortant les 2 derniers soirs à la Péniche du Festival jusqu’au petit matin. J’ai d’ailleurs des vidéos de Tarantino se déhanchant sur du IAM et Ménélik à revendre si ça en intéresse certains
;-)

Evidemment, le 8ème jour, tout s’effondre ! Encore dans les vapeurs « djinesques », j’ai foiré mes lancements devant Pierre Lescure, Président du Festival de Cannes et co-inventeur de CANAL+…Bon, pour l’avenir en Télé, on repassera ! J’ai appelé Gilbert Melki « Merki » (tout va bien !) mais on s’en fout ! L’énergie était totale. Débordante. Le smile ne m’a jamais quitté. C’est pour vivre des moments comme ceux-là qu’on cause dans un micro. Qu’on fait du live !

Cette sensation de prise de risque, d’équilibre fragile est tellement grisante…Elle procure une adrénaline dont on a du mal à se remettre post-coïtum.

Et cette formule « direct » paie puisque nous avons dépassé les 88000 auditeurs sur la semaine, sans compter ceux de la FM via Lyon Première…

Bref, on n’a pas envie d’éteindre le Lumière.

Hâte d’allumer le post l’an prochain et de vous retrouver, en rêvant d’ici-là que le prix Lumière soit décerné à Jack Nicholson…

A bientôt les amis !

Vive le cinéma et Vive la Cathourine Deniouve ! (façon QT).

 

Credit photos : Diane MOYSSAN

Écrire commentaire

Commentaires : 0