UNE BULLE D'AIR POUR CEUX QUI AIDENT...

Plus d’1 proche sur 2 meurt avant celui qu’il aide…


Cette semaine, j’ai eu le plaisir d’animer un séminaire autour du répit à domicile pour la MSA. Et il y a urgence.

Avec le vieillissement de la société, on recense plus de 9 millions d’accompagnants qui veillent sur un proche (parents, mari, femme, frère…) Certains sont dans des situations extrêmement lourdes. Ils mettent leur vie, leur job, leurs amis, leurs amours entre parenthèses pour ne plus se consacrer qu’à une seule personne. Quand ils sont retraités, plus d’1 sur 2 meurt avant la personne malade qu’il accompagne…

Avant, les anciens s’éteignaient dans la maison de leurs enfants. Mais c’est toute la famille qui se relayait, qui en prenait soin. Aujourd’hui, on ne sait plus quoi faire de nos « vieux ». Alors on les place en maison de retraite, en EHPAD, en mettant un mouchoir sur ce problème…

Eux, assument leur rôle d’aidant jusqu’au bout. Et ils sont nombreux à se retrouver isolés. Encore plus dans les territoires ruraux.

Pour les aider, une association essentielle s’est créée au sein de la MSA Alpes du Nord. Elle s’appelle « Bulle d’Air » et soulage les aidants en faisant venir des « baluchonneurs ». Ce métier au nom poétique, venu tout droit du Québec, est une vraie vocation pour celles (plus que ceux) qui l’exercent. Formées aux métiers de la santé, triées sur le volet, elles prennent le relais du proche-aidant, pour quelques heures ou quelques jours. Elles assistent tous les gestes du quotidien, changent, lavent, cuisinent, font la discussion, la lecture, échangent avec la personne aidée. Un lien précieux se créé entre l’aidé et le baluchonneur. C’est pourquoi on évite d’en changer à chaque fois.

Ce service permet une respiration, une véritable « bulle d’air » dans un quotidien devenu apnéique. Côté prix, c’est raisonnable et accessible à toutes les familles (pas seulement les agriculteurs !)

J’ai appris tellement de choses en écoutant tous les intervenants s’exprimer à mon micro. Professionnels de santé, baluchonneurs, députée concernée par l’enjeu, patients, agents de terrain, directeurs de la MSA, de la CNSA…L’écosystème avait besoin de se rencontrer pour échanger et évoquer l’avenir.

Cette expérience menée depuis 4 ans fonctionne réellement bien dans les départements de la Savoie, Haute-Savoie et d’Isère. Le système vise l’auto-financement et devrait voir le jour dans de nombreux départements d’ici peu. Parlez-en autour de vous.

Je vous laisse avec un petit film très touchant sur le sujet : 


Une bulle d'air dans le quotidien par MSATV

Louis

Les chiffres sur le répit à domicile via Bulle d'Air en 2015 :

  • 118 familles utilisent le service sur 3 départements (Isère, Savoie, Haute-Savoie)
  • 32000 heures de répit à domicile réalisées sur l'année (soit une moyenne de 2650 h/mois)
  • Un coût moyen de 13,10€ par heure (en dehors des aides)
  • 110 baluchonneurs répartis sur 3 départements
  • 85% d'aidants sont des retraités 
  • Ce que les familles apprécient le plus : • être écoutées / être en sécurité / la souplesse / la réactivité / l’efficacité du service 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0